bar-r2
bar-r2
Projet

Projet

 

Vaste sujet que le projet, littéralement, « ce qui est jeté en avant » ! Pour nous, le projet peut être individuel ou collectif, à destination d’une seule personne ou d’une population. Le projet peut être la redéfinition de son activité professionnelle, une conception artistique ou culturelle, un développement d’activités. Il peut concerner également la mise en place d’un processus d’expérimentation, d’innovation qui, selon son évaluation, peut s’arrêter ou se pérenniser. Dans tous les cas, il est porteur de sens.

 

Actuellement, nombre de projets artistiques et culturels sont mis à mal. Ils souffrent d’un manque de reconnaissance. La société peine aujourd’hui à reconnaître son utilité au travail des professionnels du secteur artistique et culturel, alors que ce « jugement d’utilité » est selon Christophe Dejours l’un des critères fondamentaux de la reconnaissance.

 

Ainsi, nous portons une attention particulière à ce que le projet, quel qu’il soit, ne soit pas un projet « bulle » ou « hors sol », mais bien ancré, dans un contexte précis, et aussi dans l’histoire et la personnalité de la personne qui le conçoit. La réflexion sur la conception d’un projet inclut donc l’élaboration des constats qui se dégagent de l’analyse de ce contexte conjuguée avec les valeurs et désirs de la personne. De ces constats émergent la formulation d’objectifs généraux, ou d’enjeux, de visées, de défis, bref, de ce vers quoi on tend, et au service de quoi, en précisant les résultats attendus et la durée. Les activités ne sont pas l’objectif du projet, elles sont un moyen d’y parvenir, dans un temps déterminé.

 

Travailler sur un projet, c’est donc examiner les ressources dont il a besoin pour se développer : moyens humains, financiers, juridiques, techniques, de communication, de partenariat, … C’est aussi réfléchir aux indicateurs grâce auxquels il sera possible de mesurer les réussites et les écarts entre les objectifs de départ et le point d’arrivée. C’est enfin se donner les moyens d’évaluer pour procéder aux éventuels ajustements et pouvoir argumenter précisément sur la question de l’utilité.

 

Collaborer sur un projet amène les personnes à éprouver la richesse de ce qui s’énonce souvent comme des contradictions : ressentir des contraintes fortes entre temps, moyens et ressources, et même une impression d’incohérence entre fins et moyens, alors que cela favorise le développement de solutions nouvelles ; se confronter à de l’incertitude et du risque alors que cela favorise l’élaboration de nouveaux savoirs ; expérimenter de la conflictualité et du débat productif dans le cadre des collaborations ; faire preuve de mobilité et de transversalité dans les échanges (plutôt que l’attachement à la spécialisation), car ce sont les conditions de l’apprentissage individuel et collectif.